• Place
    La Tour Eiffel
    Champ de Mars
    0
    Contestée par certains à l'origine, la tour Eiffel fut d'abord la vitrine du savoir-faire technique français, à l'occasion de l'exposition universelle de 1889, dont le thème était la Révolution française. Construite par Gustave Eiffel et initialement nommée « tour de 300 mètres », elle mesure en réalité 324 mètres, antennes comprises. Elle est le monument culturel payant le plus visité au monde. « Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin », Apollinaire.
  • Place
    Cité Judiciaire de Paris
    Cardinet
    0
    La Cité Judiciaire de Paris, culminant à 160 mètres, comprends la Maison de l'Ordre des Avocats, le tribunal d'instance issu de la fusion de ceux des vingt arrondissements de Paris, le tribunal de grande instance de Paris, ainsi que la Direction régionale de la police judiciaire. Dessiné par l'architecte Renzo Piano, sa transparence, sa clarté, sa précision lui donne une valeur symbolique, tandis que sa forme élancée crée un lien entre Paris et Clichy et sa proche banlieue.
  • Place
    Tour Montparnasse
    Parnasse
    0
    La tour Maine-Montparnasse, imaginée dès 1958 à l'emplacement de l'ancienne gare Montparnasse, n'est achevée qu'en 1973. Avec ses 210m, elle est alors le plus haut gratte-ciel d'Europe, et le restera jusqu'en 1990. Vivement critiquée dès sa construction, elle entraine l'interdiction de la construction d'immeubles de plus de 7 étages en 1975. Immortalisée au cinéma dans « Le Dernier Tango à Paris » en 1972 et « la Tour Montparnasse Infernale » en 2001, et est élue « bâtiment le plus moche du monde » en 2008.
  • Place
    Tour Prélude
    Flandre
    0
    La Tour Prélude culmine à 123 mètres. Entre 1967 et 1976, l’architecte Martin Schulz van Treeck réalise l’opération la plus spectaculaire de l’avenue de Flandre, « les Orgues de Flandre ». 1950 logements créés dans quatre tours et deux bâtiments linéaires à gradins sortants. La tour la plus élevée, baptisée tour Prélude, comprend 38 étages et 236 logements.
  • Place
    Tour Giralda
    Charonne
    0
    La Tour Giralda, construite en 1973, culmine à 104 mètres. Plus haute tour du 20e arrondissement, elle fait partie du complexe du Square Vitruve, nommée d'après l'architect romain héponyme.
  • Place
    Tour Super-Italie
    Chinatown
    0
    La tour Super-Italie (surnommée « Tour ronde »), achevée en 1974, culmine à 112 mètres. C'est une tour de logements du 13e arrondissement construite par l’architecte Maurice Novarina, principalement résidentielle, la plus haute tour de l’opération urbanistique Italie 13. Son poids total est de 44 000 tonnes (4,5 fois le poids de la tour Eiffel).
  • Place
    Hôtel Pullman Paris Montparnasse
    Plaisance
    0
    L'hôtel Pullman Paris Montparnasse, bâti en 1974, culmine à 116 mètres. D'abord ouvert sous l'enseigne Sheraton, puis Le Méridien, il prend en 2011 le nom de l'inventeur des wagon-lits George Pullman, devenu entre-temps la marque d'hôtel de luxe du groupe Accor. Avec 957 chambres, l'hôtel est un des plus « gros porteurs » de Paris, et l'un des plus grands centres de conférence d'Europe avec 4 000 m2 d'espaces de réunion. L'ensemble a fermé ses portes en 2017 pour au minimum 3 ans de travaux.
  • Place
    Hôtel Hyatt Regency Paris Étoile
    Ternes
    0
    L'Hôtel Concorde La Fayette, haut de 137 mètres, ouvre ses portes en 1974 sur un ancien terrain dédié aux fêtes foraines. Nommé en l'honneur du général la Fayette, symbole du lien américain, il est racheté à un fond quatari en 2013, qui le confie à la chaîne américaine Hyatt. Ses 950 chambres ou suites en font un des « gros porteurs » de la capitale avec le Pullman de Montparnasse construit la même année. L'antenne située sur son toit lui permet d'atteindre les 190 mètres de hauteur.
  • Place
    Cheminée du Front-de-Seine
    Beaugrenelle
    0
    La cheminée du Front-de-Seine, haute de 130 mètres, fut conçue par François Stahly et construite entre 1970 et 1971. Sa forme est épurée et blanche, à l'exception des évents la couronnant. Elle sert à évacuer la fumée des « brûleurs », ces vapeur distribuée dans des canalisations souterraines vers les immeubles du quartier, pour le chauffage central et l'eau chaude sanitaire.
  • Place
    Tour Pleyel
    Plaine Saint-Denis
    0
    Les 129 mètres de la Tour Pleyel (143 avec l'enseigne), sont achevés en 1973. Il s'agissait à l'origine d'un ensemble de 4 tours aux 4 coins cardinaux de la place destiné à concurrencer la Défense, annulé à cause du retrait de l'État. Son enseigne (Bayer en 1985, puis Phillips, et Siemens en 2007), la plus large d'Europe, est vue par 1 million de personnes sur 3 km de rayon. Vétuste, la tour a été vidée fin 2016 pour être réhabilitée en 2 grands hôtels de 680 chambres. Il te faudra attendre jusqu'en 2022...
  • Place
    Tour La Villette
    Aubervilliers
    0
    La Tour La Villette, achevée en 1972, culmine à 125 mètres. Tout le monde la voit mais peu la connaissent... Inaugurée en tant que Tour Daewoo, elle devient Tour Périphérique, Tour Pariferic ou encore Tour Olympe en 2000. Cet immeuble de bureaux a été relooké en façade en 1992 et à l'intérieur en 2008. Rachetée par BNP Paribas en 2009, la tour héberge aujourd'hui 4 entreprises et une école de commerce, 1200 salariés et 500 étudiants. Maintenant vous savez !
  • Place
    Tours Mercuriales
    Bagnolet
    0
    Les Mercuriales (Tour Levant à l'est et Tour Ponant à l'ouest), construites entre 1975 et 1977, culminent à 122 mètres. A l'origine, ces tours devaient s'inscrire dans un vaste quartier d'affaires, véritable pendant de La Défense à l'est. Un projet resté lettre morte à cause du premier choc pétrolier. On les compare souvent aux tours originelles du World Trade Center, à juste titre, les architectes Serge Lana et Alfred H. Milh s'en étant largement inspirés. Elles accueillent quand même 3000 salariés.
  • Place
    Tour hertzienne TDF de Romainville
    Les Lilas
    0
    La Tour herzienne de Romainville, édifiée en 1984, culmine à 141 mètres. Pour la construction de ce relais hertzien due à l'architecte Vasconi, destiné à remplacer celui des Buttes Chaumont, le fort de Romainville a été choisi (sûr et en altitude). Chaque étage, de 2 000 tonnes de béton chacuns, ont été coulés au sol puis hissés le long de la colonne centrale. Il s'agit aujourd'hui du principal nœud nodal de la télévision française, toutes les émissions passent par là !
  • Place
    Centrale thermique de Vitry-sur-Seine
    Vitry
    0
    La centrale thermique de Vitry-sur-Seine a été édifiée en 1960. Ses deux cheminées qui s’élèvent à une hauteur de 160 mètres en font l’un des bâtiments les plus hauts d'Île-de-France. Ancienne centrale EDF de deux fois 250 mégawatts fonctionnant au charbon, elle a fermé définitivement ses fourneaux le 24 avril 2015.
  • Place
    Tour hertzienne de Chennevières-sur-Marne
    La Grande Forêt
    0
    La Tour hertzienne de Chennevières sur Marne, également appelée émetteur de Paris-Est, est édifiée en 1972 et culmine à 128 mètres. Cette tour hertzienne construite en béton ressemble de loin à une grande pagode, tabernacle.
  • Place
    Émetteur de Saint-Assise
    Les Grandes Roses
    0
    L'émetteur de Saint-Assise, mis en service en 1922, culmine à 250 mètres. À la suite d'un accord signé en 1920, Radio-France est créé et la construction de la station de Sainte-Assise, lancée. Cette antenne de 1400 m de long soutenue par huit pylônes est alors l'émetteur le plus puissant du monde, couvrant le monde entier. On doit à l'ingénieur Bouvier d'avoir mené à bien, en 18 mois, ces travaux pharaoniques. Réquisitionné par la Kriegsmarine en 1941, le site échappe miraculeusement aux bombardements.
  • Place
    Tour First
    Parvis de la Défense
    0
    La Tour First, édifiée en 1974 par Bouygues pour les comptes de l'Union des Assurances de Paris, mesurait alors 159 mètres. Massivement transformée de 2007 à 2011, elle culmine maintenant à 231m, ce qui en fait le plus haut gratte-ciel de France, détronnant Montparnasse. Elle s'habille d'un éclairage nocturne particulier, le haut de la tour s'illuminant selon la météo du lendemain grâce à des milliers de LED : jaune et orange pour du soleil ou affiche de la pluie, des nuages ou de la neige.
  • Place
    Tour Majunga
    Parvis de la Défense
    0
    Cette tour de 194 mètres est inaugurée en 2014. Elle est construite par Eiffage d'après les plans de Jean-Paul Viguier, également auteur de la tour Coeur Défense et du siège de France Télévisions, à Javel. Elle est certifiée HQE pour « Haute Qualité Environnementale », ainsi que BREEAM et BBC. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu'on puisse y faire des barbecues.
  • Place
    Tour Total
    Parvis de la Défense
    0
    Anciennement tour Elf-Aquitaine, elle est achevée en 1985. Conçu par Roger Saubot (tours TF1, EDF, Areva…) et WZMH Architects (la CN Tower de Toronto), c'est le troisième plus haut gratte-ciel de La Défense et le cinquième de France avec ses 190 mètres au total. À bien y regarder, elle est en fait constituée au total de 5 tours accolées.
  • Place
    Tour CB21
    Parvis de la Défense
    0
    Anciennement tour GAN (assurances), son nom actuel fait référence au plan-masse de La Défense. Achevée en 1974 et restructurée en 2010, elle est principalement occupée par le groupe Suez. Au départ jugée trop élevée et trop visible depuis Paris, elle est tout de même construite à sa hauteur prévue (187m).
  • Place
    Tour Areva
    Parvis de la Défense
    0
    La Tour Fiat est construite en 1974, avant de changer de nom en 1995. Elle mesure 184 m de haut et pèse 145 000 tonnes. À son achèvement, elle était la plus haute tour de la Défense. Elle va certainement à nouveau changer de nom car le groupe Areva a été dissout en 2018.
  • Place
    Tour D2
    Parvis de la Défense
    0
    Contrairement aux rumeurs, ce n'est pas la jumelle de la tour Air2 (qui est vraiment un projet soit dit en passant). Elle est une des plus récentes tours de La Défense (2014), érigée en lieu et place de l'immeuble Veritas. Le projet a été lancé « à blanc » : l'investisseur a lancé son projet sans avoir trouvé de locataires.
  • Place
    Tour T1
    Parvis de la Défense
    0
    La Tour T1, construite en 2008 par le cabinet Valode et Pistre, culmine à 185 mètres. Elle a la forme d'une feuille pliée en deux, ressemblant à une voile gonflée par le vent. La façade Sud de la tour est verticale (côté Défense), alors que côté Nord la façade descend progressivement vers Courbevoie. Elle est intégralement louée par Engie.
  • Place
    Tour France
    Puteaux
    0
    La Tour France, édifiée en 1973, cumline à 126 mètres. Gratte-ciel résidentiel, la tour est, après la Tour Défense 2000, le plus haut immeuble d'habitation d'Ile de France. Lors de sa construction, le chanteur Gilbert Bécaud fit déposer son piano à queue par une grue au dernier étage, avant que le toit fut construit, l'accompagnant lui-même lors de l'ascension sur la plateforme. L'histoire ne dit pas s'il chantait « Nathalie ».
  • Place
    Préfecture des Hauts-de-Seine
    Nanterre
    0
    La Préfecture des Hauts-de-Seine, inaugurée en 1973, culmine à 113 mètres. Initialement prévu pour être le musée du 20e siècle voulu par André Malraux, ce bâtiment devient la Préfecture des Hauts de Seine. Conçue par André Wogenscky, disciple du Corbusier, elle est composée d'une tour de 25 étages auquel a été adjoint le Palais de justice. Lors de la construction le Monde titre « Préfecture en Solitude ». L'ensemble est réhabilité dans le courant des années 2000.
  • Place
    Tour Granite
    Nanterre
    0
    Haute de 184 mètres, elle est achevée en 2008. Conçue par Christian de Portzamparc, également auteur des musée Bourdelle, Hergé, de la Cité de la Musique et des tours LVMH et One57 à New-York, pour le compte de la Société Générale, elle doit répondre aux capacités insuffisantes des tours Chassagne et Alicante, une passerelle les reliant ensemble.
  • Place
    Centrale thermique de Porcheville
    La Grande Défense
    0
    La Centrale thermique de Procheville, mise en service en 1968, culmine à 220 mètres. Sa puissance totale installée était de 2400 MW, sur 4 unités de production au fioul. Les centrales thermiques sont de technologies variées et n’utilisent pas toutes le même combustible : charbon, fioul ou gaz. En 2015, la centrale de Porcheville, pour laquelle 199 personnes travaillaient, avait produit 120 GWh. Le site a fermé ses portes au 1er semestre 2017.
  • Place
    Émetteur de Maudétour-en-Vexin
    La Grande Défense
    0
    L'émetteur de Maudétour-en-Vexin, édifié dans les années 70, culmine à 250 mètres. C'est un site de diffusion pour la TNT, la radio FM et la téléphonie mobile depuis un pylône haubané appartenant à l'opérateur TDF. Les haubans sont ancrés dans six blocs de béton, trois de 250 tonnes et trois de 350 tonnes. Il te faudra gravir 812 marches pour atteindre sont sommet !
  • Place
    Tour Antoine & Cléopatre
    Choisy
    0
    Cette tour de 104 mètres dessinée par Michel Holley est achevée en 1974. La partie inférieure s'appelle Antoine, tandis que la partie supérieure s'appelle Cléopatre (encore une preuve de la supériorité des femmes). Le dernier étage se compose d'une piscine, mais on ne sait pas si elle est remplie de lait d'ânesse, comme les bains de la reine égyptienne d'origine macédonienne.
  • Place
    Tours des Olympiades
    Chinatown
    0
    Ce complexe de 11 tours emblématique des années 70 est créé Michel Holley et Raymond Lopez, également auteurs du Front de Seine dans le 15e. Construite sur la gare de marchandises des Gobelins à partir de 1969, à la condition de recréer une gare enterrée, le chantier s'étalera jusqu'en 1974. Athènes, Rome Tokyo… ces tours de 104 mètres portent le nom de villes ayant accueillies les Jeux Olympiques, donnant le nom au quartier. Boudées par les parisiens, la population asiatique leur offre une nouvelle vie.
  • Place
    Tours de Masséna
    Chinatown
    0
    Les 13 tours de ce complexe sont construites en 1975 sur les anciennes usines automobiles Panhard-Levassor, absorbéees par Citroën en 1965. Bologne, Capri, Verdi… elles portent toutes le nom d'une ville ou d'un compositeur italien et ont été conçues par Jean Sebag, auteur de la maison de la Tunisie dans la Cité Universitaire né en 1909 à Tunis, diplomé du Concours de Rome et ancien résistant. Ah et Masséna ? C'était un général de Napoléon, encore un.
  • Place
    Tour Chéops
    Jeanne d'Arc
    0
    Le complexe immobilier des Pyramides, comprenant les tours Chéops (104 mètres), Képhren (82 mètres) et Mykérinos (92 mètres) est inauguré en 1974. Conçues par les architectes Delaage et Tsaropoulos, auteurs des tours Giralda de Charonne et Espace 2000 à Beaugrenelle, elles ont une forme légèrement pyramidale à leur base.
  • Place
    Tours Duo
    Grands Moulins
    0
    Dessinnées par les ateliers Jean Nouvel, les tours Duo en cours de construction depuis 2017 et devant être terminées en 2021 devraient mesurer 180 et 122 mètres. Elles doivent conclure l'axe de l'avenue de France du grand projet « Paris Rive Gauche », entamé en 1991 avec la bibliothèque François Mitterrand.
  • Place
    Tour Novotel Paris Tour Eiffel
    Beaugrenelle
    0
    Cette tour de 100 mètres fut édifiée en 1976 sous le nom de « Hôtel Nikko », ancienne société de courtage japonaise, par la Japan Airlines. Conçue par Julien Penven et Jean-Claude Le Bail (tout comme la tour Cristal), le mobilier et la décoration sont confiés à Pierre Paulin, connu pour ses chaises emblématiques des années 60. Elle est rachetée en 2001 par le groupe hôtelier Accor, qui mets 25 millions pour supprimer le style japonisant. Ou comment jeter de l'argent par ses 1068 fenêtres.
  • Place
    Tour Cristal
    Beaugrenelle
    0
    La tour de bureau Cristal, emblématique du front de Seine avec sa façade en verre, est pourtant la petite dernière, construite en 1990. Haute de pile 100 mètres, elle est l'œuvre des architectes Julien Penven et Jean-Claude Le Bail, également auteurs de la Tour Novotel Paris Tour Eiffel toute proche. Il parait qu'ils se sont inspirés des travaux de Salvador Dalí pour ses pans biseautés, nous on dirait qu'ils se sont plus insiprés de… ben… cristaux quoi.
  • Place
    Tour Totem
    Beaugrenelle
    0
    La tour d'habitation Totem est érigée en 1978 par l'agence Andraut & Parat, également responsable du Palais Omnisport Paris-Bercy, du centre Tolbiac et des tours Chassagne et Alicante de la Défense (leur dernier projet). Son style brutaliste unique dans Paris même rend visible les blocs d'habitation, incrustés dans la structure apparente fait de poteaux et de poutres. D'après l'un des personnage de Houellbecq il s'agit de l'immeuble le plus laid de Paris. Mais qu'est-ce qu'il y connait à l'Art, Houellbecq ?
  • Place
    Tour 4 - Résidence du Parc
    Bagnolet
    0
    La résidence du parc de la Noue est érigée à l'intersection de Bagnolet et Montreuil en 1972, coincée entre l'A3 et le parc départemental. Réalisée par Claude Le Goas, auteur du Conservatoire de Montreuil, du siège de la CGT et de l'hôtel Industriel Mozinor, et Serge Lana, ancien résistant communiste responsable de la quasi-totalité des tours de Bagnolet : les Mercuriales, la Capsulerie, les Malassis… et donc ici la Noue. En 2014 sa Tour 4 culminant à 110 mètres a vu une antenne NRJ s'écraser sur sa façade.
  • Place
    Tours CityLights
    Billancourt
    0
    Les trois tours du Pont-de-Sèvres voient le jour en 1975, sous la direction de Daniel Badani, également à l'origine de l'Hôtel de préfecture du Val-de-Marne et du Palais de Justice de Créteil. Elles subissent une impressionnante rénovation menée de 2007 à 2016 par Dominique Perrault, à qui l'on doit notamment la BNF et la cour de Justice Européenne. En plus d'un nouvel atrium central et d'une dixième pétale, elles réflètent désormais la lumière de la ville, les « CityLights ».
  • Place
    Tour Sequana
    Issy-les-Moules
    0
    La tour Mozart sort de terre en 2010, sur l'emplacement de la rustique tour EDF-GDF construite en 1974. Haute de 100 mètres, elle est conçue par le cabinet Arquitectonica (à qui l'on doit le campus de Microsoft France, non loin), pour être le siège social de Bouygues Télécom. Suite à des difficultés financières, elle est revendue en 2014 au groupe AccorHotels pour servir là aussi de siège social, et être renommée au passage tour Sequana, déesse gauloise de la Seine. D'où le fameux jeu des sièges musicaux.