• Place
    Métro Bastille [ligne 5]
    Le Marais
    0
    Quai ouvert le 17 décembre 1906, des vestiges de l'ancienne prison-forteresse sont toujours visibles sur le quai.
  • Place
    Métro Jaurès [ligne 5]
    Le Bassin
    0
    Quai ouvert le 12 octobre 1942. La station porte le nom de Jean Jaurès, homme politique socialiste français et pacifiste forcené. Fondateur du quotidien « L’Humanité » en 1904, il fit son plus fameux discours non loin d’ici, sur la Butte du Chapeau Rouge, devant 150’000 personnes le 25 mai 1913. Son assassinat le 31 juillet 1914 par un étudiant nationaliste déséquilibré entraînera l’entrée en guerre de la France dans la Première Guerre mondiale.
  • Place
    Métro Stalingrad [ligne 5]
    Flandre
    0
    Quai ouvert le 12 octobre 1942, sous le nom de « Aubervilliers - Boulevard de la Villette », avant de prendre le nom de Stalingrad le 10 février 1946, en hommage à la victoire de l'Armée Rouge sur les armées allemandes lors de la Seconde Guerre mondiale.
  • Place
    Métro République [ligne 5]
    Faubourg Saint-Martin
    0
    Quai ouvert le 15 novembre 1907. La station détenait le record du plus grand nombre de correspondances (cinq), aujourd'hui égalé par Châtelet avec l'arrivée de la ligne 14. Elle est actuellement la 4e du réseau en terme de trafic, avec 261 000 voyageurs par jour. Autrefois appelée place du Château d’Eau, une fontaine y trônant devant le bastion de la Porte du Temple, la place est renommée en 1889, six ans après l’érection du nouveau monument.
  • Place
    Métro Gare du Nord [ligne 5]
    Clos Saint-Lazare
    0
    Station ouverte le 15 novembre 1907. Avec 47,8 millions de voyageurs en 2008, elle est devenue la station la plus fréquentée du réseau devant Saint-Lazare. La gare, elle, ouvre en 1846 sous le nom « d’Embarcadère du Nord ». Sa façade monumentale est ornée de 23 statues de 4m, représentant les villes de destination. Elle est de loin la première gare de France (et d’Europe) avec 190 millions de voyageurs par an soit... 550 000 par jour. BOUYA. Et seconde dans le monde derrière celle de Shinjuku à Tokyo.
  • Place
    Métro Gare de l'Est [ligne 5]
    Gare de l'Est
    0
    Station ouverte le 15 novembre 1907.
  • Place
    Métro Place d'Italie [ligne 5]
    Gobelins
    0
    Quai ouvert le 2 juin 1906 comme terminus de la ligne 5. La place d’Italie est le point de départ de la route qui relie Paris à... l’Italie, maintenant appelée poétiquement « N7 ». Oui je sais, c’est fou. Ancienne barrière d'octrois, elle séparait avant les travaux Haussmanien Paris de Gentilly, qui s’est gentillement fait annexer la moitié de son territoire à cette occasion.
  • Place
    Métro Campo-Formio [ligne 5]
    Faubourg Saint-Marcel
    0
    Station ouverte le 6 juin 1906, soit 4 jours après le lancement de la ligne 5. Campo-Formio était le nom d’une localité italienne en Frioul-Vénétie julienne (apparemment c’est une région), maintenant appelée Campoformido, qui donna son nom à un traité entre Napoléon et les autrichiens. En gros les compatriotes de Schwarzenegger refilaient aux français la Belgique, l’Alsace-Lorraine (déjà), des iles grecques et le général de La Fayette. Un bon deal quoi.
  • Place
    Métro Saint-Marcel [ligne 5]
    Faubourg Saint-Marcel
    0
    Station ouverte le 2 juin 1906. Pour en savoir plus sur ce sacré saint Marcel, voir le petit topo sur le quartier.
  • Place
    Métro Gare d'Austerlitz [ligne 5]
    Austerlitz
    0
    Quai ouvert le 12 juillet 1939 comme terminus de la ligne 10, sous le nom « Gare d’Orléans », l’ancien nom de la gare d’Austerlitz. Cette dernière est ouverte le 20 septembre 1840 comme terminus de la ligne Paris-Orléans, avant que la ligne ne se prolonge jusqu’à la gare d’Orsay de 1900 à 1939. Elle est la 6e gare de Paris avec 31 millions de voyageurs par an. La bataille napoléonienne d’Austerlitz eu lieu en 1805 près de la localité éponyme en Tchéquie.
  • Place
    Métro Quai de la Rapée [ligne 5]
    Saint-Paul
    0
    Station ouverte le 13 juillet 1906 sous le nom de « Place Mazas », avant de prendre son nom actuel le 1er juin 1916. Elle donnait accès à un embranchement appelé voie des Finances, à cause des transports de fonds constitués des recettes du métropolitain jusqu'en 1967. Ce tronçon, à voie étroite, était protégée par une porte blindée et n'était accessible que par des mini-trains avec accumulateurs. Le film La Grosse Caisse (1965) y est tourné, où Bourvil joue le rôle d'un poinçonneur et romancier.
  • Place
    Métro Bréguet - Sabin [ligne 5]
    Roquette
    0
    Station ouverte le 31 décembre 1906. Les Breguet sont une famille d’horlogers et d’ingénieurs d’origine suisse, dont Louis Charles Breguet, pionnier de la construction aéronautique, dont sa « Compagnie des messageries aériennes » participera à la création d’Air France en 1933. Angelesme de Saint-Sabin était quand à lui le juge de Paris en 1777.
  • Place
    Métro Richard Lenoir [ligne 5]
    Popincourt
    0
    Station ouverte le 17 décembre 1906. Elle honore l’entrepreneur français François Richard (1765-1839), associé de Joseph Lenoir-Dufresne. À la mort de ce dernier il changea son nom en « François Richard-Lenoir » à sa mémoire. Après avoir mis en place l’industrie cotonnière en France, dont de nombreuses usines dans le XIe arrondissement de Paris, il passa pour l’homme le plus riche du XIXe siècle, avant que l’introduction d’une taxe sur le coton par Napoléon ne le ruine.
  • Place
    Métro Oberkampf [ligne 5]
    Faubourg du Temple
    0
    Station ouverte le 15 janvier 1907. Elle doit son nom, ainsi que la rue adjacente, à Christophe-Philippe Oberkampf (1738-1817), est un industriel allemand naturalisé français en 1770, célèbre pour avoir fondé la manufacture royale de toiles imprimées de Jouy-en-Josas, où était fabriquée la fameuse toile de Jouy. Ce qui correspond assez bien à cet ancien quartier industriel de Paris, devenu très festif.
  • Place
    Métro Jacques Bonsergent [ligne 5]
    Faubourg Saint-Martin
    0
    Station ouverte le 17 décembre 1906 sous le nom « Lancry », du nom du propriétaire du terrain au 18e siècle, avant de prendre le nom d'un ingénieur des Arts & Métiers de 28 ans, premier résistant fusillé lors de la Seconde Guerre mondiale.
  • Place
    Métro Laumière [ligne 5]
    Buttes Chaumont
    0
    Station ouverte le 12 octobre 1942, lors du prolongement de la ligne 5 de Gare du Nord à Église de Pantin. Elle porte le nom de Xavier Jean Marie Clément Vernhet de Laumière (1812-1863), général d'artillerie, mort de ses blessures au Mexique.
  • Place
    Métro Ourcq [ligne 5]
    Le Bassin
    0
    Station ouverte le 12 octobre 1942, lors du prolongement de la ligne 5 de Gare du Nord à Église de Pantin.
  • Place
    Métro Porte de Pantin [ligne 5]
    La Villette
    0
    Station ouverte le 12 octobre 1942, lors du prolongement de la ligne 5 de Gare du Nord à Église de Pantin. Anciennement Porte d'Allemagne, elle prend son nom actuel à la suite de la Première Guerre mondiale, la France et l'Allemagne étant visiblement fâchés, on se demande pourquoi. Elle desservait alors les gigantesques abattoirs de la Villette, dont la Grande Halle pouvant contenir 5000 bœufs. Désormais, la Philarmonie, le Zenith et le Trabendo accueillent un autre type de bétail, plus audiophile.
  • Place
    Métro Hoche [ligne 5]
    Pantin Ville
    0
    Station ouverte le 12 octobre 1942, lors du prolongement de la ligne 5 de Gare du Nord à Porte de Pantin. À 25 ans le général Lazare Hoche balaya les autrichiens à Woerth à la tête de l'armée de Moselle et libéra l'Alsace et le Landeau. Arrêté, puis libéré avec la mort de Robespierre, il pacifia la Vendée en maitrisant les Chouans à Quiberon. Proposé au poste de Ministre de la Guerre par le Directoire de Napoléon Bonaparte, il refusa le poste avant de mourir à 29 ans, foudroyé par la tuberculose.
  • Place
    Métro Église de Pantin [ligne 5]
    Pantin Ville
    0
    Station ouverte le 12 octobre 1942 comme terminus de la ligne 5, lors du prolongement depuis Gare du Nord. Une chapelle s'y trouvait dès le 12e siècle, avant d'être rebâtie en église à partir de 1664. Par contre on ne sait pas quand ça s'est terminé, si ça se trouve elle n'est toujours pas finie. Pour en savoir plus sur la ville de Pantin, voir le petit topo sur le quartier.
  • Place
    Métro Bobigny - Pantin - Raymond Queneau [ligne 5]
    Pantin Ville
    0
    Station ouverte le 25 avril 1985, lors du prolongement de la ligne 5 d’Église de Pantin à Bobigny - Pablo Picasso. En plus de prendre le nom de deux communes, elle rend hommage à l’écrivain Raymond Queneau (1903-1976) qui aimait bien écrire sur le métro. Enfin dans ses livres hein (Zazie dans le métro, Exercice de Styles...), pas taguer les rames.
  • Place
    Métro Bobigny - Pablo Picasso [ligne 5]
    Bobigny
    0
    Station ouverte le 25 avril 1985 comme terminus de la ligne. Elle dessert le quartier administratif de Bobigny, avec la merveilleuse Préfecture de la Seine-Saint-Denis, le fabuleux siège du Conseil Général ou le non moins mirifique Tribunal de Commerce. Bon, ok, je déconne. Mais pour de vrai le cinéma « Le Magic » et la maison de la Culture MC93 Bobigny valent le détour.
  • Place
    Métro Arsenal [fantôme]
    Saint-Paul
    0
    Sous vos pieds se trouve la station fantôme Arsenal. Ouverte le 17 décembre 1906, lors du prolongement de la ligne 5 d’Austerlitz à Jacques Bonsergent (à l’époque « Lancry »), elle est condamnée en septembre 1939, lorsque les employés de la CMP, ancêtre de la RATP, sont envoyés au front pour la Seconde Guerre mondiale. Depuis elle n’a pas réouverte, mais sert à la formation des agents. Le quartier adjacent sert de dépôt de munition à partir du 14e, puis d’arsenal royal de 1531 à la Révolution. À peu près.
  • Place
    Métro Gare du Nord USFRT [fantôme]
    Clos Saint-Lazare
    0
    Sous vos pieds se trouve l'ancien terminus de la ligne 5. Ouvert en 1907 à l'occasion de la fusion entre la ligne 5 et l'ancienne ligne 2 Sud (actuelle ligne 6), la ligne 5 devient alors la plus longue ligne du réseau. Suite au prolongement de la ligne à Porte de Pantin en 1942, la partie sud, trop longue, est rendue à la ligne 6. L'ancienne boucle terminus de Gare du Nord est détruite par le RER B en 1981, et la station sert désormais « d'Unité Spécialisée en Formation et Réglementation du Transport ».