• Place
    Palais Omnisports de Paris-Bercy
    Bercy
    0
    Première étape du grand réaménagement du quartier de Bercy durant les années 80, la pyramide d’'herbe du Palais Omnisports de Paris-Bercy est inaugurée le 3 février 1984 par Jacques Chirac, alors maire de Paris. D’'une capacité de 3 500 places assises à 18 000 debout, il accueille des courses de vélo, un Masters de Tennis, des coupes du monde de Jeux vidéo et des concerts gigantesques (entre autres). Il est renommé "AccorHotels Arena" en octobre 2015. Une histoire à dormir debout.
  • Place
    Le Parc des Princes
    Point du Jour
    0
    Le Parc des Princes fut utilisé dès le 17e siècle comme un lieu de détente, de chasse et de promenade, prisé par le roi et les princes royaux. Purement naturel jusqu'en 1855, la première enceinte fut inaugurée en 1897, l'enceinte actuelle signée par l'architecte Roger Taillibert datant de 1972. Site olympique pour 1924, le "nid" du Paris Saint-Germain a depuis accueilli 2 Coupes du monde, 2 Euros, 5 finales de Ligue des Champions (dont la première) et 54 arrivées du Tour de France. Ça en fait, des princes.
  • Place
    Vélodrome Jacques Anquetil
    Bois de Vincennes
    0
    Inauguré en 1896, le Vélodrome municipal de Vincennes prend la suite du Vélodrome de l'Est, et prend rapidement le surnom de Cipale (aphérèse de « piste municipale »). Il fut l'un des principaux sites des Jeux olympiques de 1900 et de 1924. De 1968 à 1975, c'est à la Cipale que se fait l'arrivée du Tour de France. Eddy Merckx y gagne ses cinq tours et Jacques Anquetil y fera ses adieux. La Cipale sera d'ailleurs rebaptisée «Vélodrome Jacques Anquetil » en 1987. Le vélodrome fut en rénovation de 2012 à 2015.
  • Place
    Vélodrome de Vaugirard [fantôme]
    Brassens
    0
    Si on ignore quand le vélodrome de Pierre Benoist fut édifiée, on est sûr que de sacrées courses y étaient courures en 1923. Son anneau de béton aux bord relevés, encerclé d'immeubles accueillera les fous du guidon jusqu'à l'après Deuxième-guerre. En 1969 il laisse place à l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art (ENSAAMA, qui occupait alors l'Hôtel Salé du musée Picasso.
  • Place
    Le Vel d'Hiv' [fantôme]
    Grenelle
    0
    En 1903 un premier « auto-vélodrome d'Hiver » est construit par Gaston Lambert, architecte de la Galerie des Machines de l'Expo Universelle de 1889, à partir des vestiges de cette dernière. Remplacé par le célèbre « Vel d'Hiv » et ses 17 000 places en 1909, il accueille les JO de 1924. Devenu Palais des Sports en 1931, il voit les 16 et 17 juillet 1942 l'un des plus sombre épisode de l'histoire de France, avec la déportation par Vichy de plus de 8 000 juifs vers le camp d'Auschwitz. Il est détruit en 1959.
  • Place
    Vélodrome de Saint-Denis
    Saint-Denis Ville
    0
    Le « Club Vélocipédique Dionysien » est fondé en 1892. Il inaugure en 1933 le vélodrome municipal de Saint-Denis, le plus ancien vélodrome de plein air encore en activité en Île-de-France. Rénové en 1984, 1999 et 2013, les champions ou ex-champions du monde se retrouvent en juin depuis 30 ans pour le Grand prix international de vitesse de Saint-Denis. Ce qui n'empêche pas la piste d'accueillir chaque mardi des compétitions gratuites pour tous le reste de l'année.
  • Place
    Vélodrome d'Aulnay-sous-Bois
    La Grande Forêt
    0
    Le stade vélodrome d'Aulnay-sou-Bois est inauguré en 1936. Aulnay a beau être en bois, sa piste est elle en ciment de 454 mètres de long pour 7 de larges. Gérée par l'Entente Cycliste d'Aulnay, elle accueille depuis des compétitions de cyclisme sur piste.
  • Place
    Vélodrome Buffalo (Neuilly) [fantôme]
    Champerret
    0
    Le colonel William « Buffalo Bill » Cody installe ici son spectacle sur la Conquète de l'Ouest, à l'occasion de l'Exposition Universelle de 1889. Le vélodrome portant son nom, créé par Herbert Duncan, est inauguré au même endroit en 1892. L'année suivante Henri Degrange son enceinte de 8 000 spectateurs assiste au premier record du monde de l'heure de l'histoire du cyclisme, et Toulouse-Lautrec y immortalise Tristan Bernard en 1895. Réquisitionné durant la 1ère Guerre, il est remplacé par une usine d'avion.
  • Place
    Stade Vélodrome Buffalo (Montrouge) [fantôme]
    Montrouge
    0
    Inauguré en 1922, le stade Vélodrome Buffalo de Montrouge prend la suite du Vélodrome de Neuilly, fermé durant la 1re Guerre mondiale. Principal stade parisien avant la rénovation du Parc des Princes en 1932, ses 20 000 à 50 000 places accueillaient aussi bien des compétitions cyclistes que de football, de boxe, les premières courses de stock-car d'Europe, ou des rassemblements politiques. Transformé en camp d'internement durant la 2e Guerre mondiale, il est démoli en 1957 et laisse place à des immeubles.
  • Place
    Parc des Sports de la Croix de Berny
    Les Grandes Roses
    0
    Le Parc des sports de la Croix de Berny, conçu par l'ingénieur Gaston Vrolixs, ouvre à partir de 1931 à l'usage de l'Union sportive me?tropolitaine des transports, soit les employés de la RATP et les « Enfants du Métro ». Ce n'est qu'en 1940 qu'une piste vélodrome de 10 000 spectateurs est bâtie dans son enceinte, calquée sur la piste Vigorelli de Milan, pour voir les grandes heures du cyclisme anthonien. Si tout le monde peut désormais y faire du sport, le vélodrome a lui disparu en 1994.
  • Place
    Vélodrome de la Seine [fantôme]
    Levallois-Perret
    0
    Inauguré en 1894, le Vélodrome de la Seine est l'une des grandes enceintes de l'époque avec le Vel' d'Hiv, le Buffalo et le Parc des Prince. Il est occupé par le légendaire VLC, qui n'est pas un lecteur de vidéo mais le « Vélo Club de Levallois », antichambre de l'équipe Peugeot. Le club est dirigé par Paul Ruinard, alias « Père la Ruine », qui est le premier à mettre en place des camps d'entrainement et un suivi diététique. Un régime qui n'empêchera pas le vélodrome de fermer dans l'entre-deux guerre.
  • Place
    Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines
    La Grande Défense
    0
    Inauguré en 2014, le Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines est le siège de la fédération nationale de cyclisme, et le centre d'entrainement de l'équipe de France. Imaginé au début du millénaire, il faisait parti de la candidature olympique de Paris pour les jeux de 2012, mais fut maintenu malgré l'échec de celle-ci. Outre l'enceinte de 6 000 spectateurs, le site de 15 hectares inclus la 1e arène BMX d'Europe, un restaurant et des logements. Pourvu que ça roule !
  • Place
    Vélodrome de Clignancourt [fantôme]
    Clignancourt
    0
    Inauguré le 26 août 1894, la piste du vélodrome de Clignancourt est encerclée par les immeubles, dont les fenêtres servent de tribunes aux habitants. Dirigé par Marcel Violette, directeur de la revue « Paris-Pédale », cette enceinte populaire accueillera de nombreux concours et fêtes de quartier, avant sa fermeture à l'aube de la Première guerre mondiale. Reconverti en square par Pierre Humbert et renommé « Maurice-Kriegel-Valrimont » en 2007, on y respire mieux mais s'y ennuie un peu, aussi.
  • Place
    Vélodrome de la Porte Dorée [fantôme]
    Montempoivre
    0
    Inauguré le 14 avril 1895, le coquet vélodrome de la Porte Dorée disposait d'une piste centrale bitumée de 1000 mètres, entourée d'une piste parquetée de 3000 mètres. Il avait l'avantage d'être couvert pour les jours de pluie, ce qui ne lui garanti pas une fermeture à une date inconnue.
  • Place
    Vélodrome de l'Est [fantôme]
    Charenton-le-Pont
    0
    Inauguré en 1894, le Vélodrome de l'Est est l'une des principale arène parisienne de la fin du 19e siècle… jusqu'en 1897. Il est alors racheté par les établissements Nicolas, qui y transfèrent leur siège en 1921. Bâti à proximité du château de Bercy, c'est désormais le centre des finances publiques qui y a établi son donjon.