• Place
    Palais de Chaillot
    Chaillot
    0
    En 1810, Napoléon 1er souhaitait bâtir sur la butte du village de Chaillot un « kremlin cent fois plus beau que celui de Moscou » en l'honneur du Roi de Rome, son fils de 2 ans. Avec un parc allant de la place de l'Étoile à Boulogne, tranquille. Le Palais du Trocadéro, lui, (du nom d'une victoire française de 1823 en Espagne) était une grandiose salle des fêtes de 5 000 personnes construite pour l'Exposition Universelle de 1878. Le palais actuel construit pour celle de 1937 fût le premier siège de l'ONU.
  • Place
    La Tour Eiffel
    Champ de Mars
    0
    Contestée par certains à l'origine, la tour Eiffel fut d'abord la vitrine du savoir-faire technique français, à l'occasion de l'exposition universelle de 1889, dont le thème était la Révolution française. Construite par Gustave Eiffel et initialement nommée « tour de 300 mètres », elle mesure en réalité 324 mètres, antennes comprises. Elle est le monument culturel payant le plus visité au monde. « Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin », Apollinaire.
  • Place
    Aquarium de Paris
    Chaillot
    0
    Le site occupe d'anciennes carrières ayant servies d'écuries à la cavalerie de Napoléon 1er. Le mélange de foin, de crottin et d'humidité en fit le lieu d'origine des fameux champignons de Paris. Imaginé par l'architecte Combaz en 1867, l'aquarium fut une des attraction phare de l'Exposition universelle de 1878, et inspira 20 000 Lieux sous les Mers. Transformé et modernisé pour celle de 1937, il est alors avec ses 2500 poissons le plus grand du monde. Fermé en 1985 pour vétusté, il est reconstruit en 2006.
  • Place
    Palais de Tokyo
    Chaillot
    0
    Le quai Debilly, renommé quai de Tokyo en 1918 puis quai de New-York en 1945, accueillait au Moyen- ge une savonnerie. Transformée en orphelinat par Marie de Médicis, puis en manufacture royale de tapis en 1631, et enfin en manutention militaire en 1826. Le « Palais des Musées d'Art Moderne » est un des 3 bâtiments permanents de l'Exposition universelle de 1937. L'aile ouest accueille depuis 1999 le centre d'art contemporain éponyme, géré par l'état, et l'aile est le musée d'art moderne, géré par la ville.
  • Place
    Palais de la Découverte
    Triangle d'Or
    0
    Installé dans l'aile ouest du Grand Palais, construit à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900, le Palais de la Découverte ouvre à l'occasion de celle de 1937. Conçu par le prix Nobel de physique Jean Perrin, son but est de « sortir la science des laboratoires » afin de montrer à tous les publics la « science en train de se faire ». À travers des ateliers interactifs, les visiteurs peuvent découvrir la physique, la chimie, l'astronomie, les sciences de la vie, et plein de trucs en « ie ».
  • Place
    Palais d'Iéna (Conseil économique, social et environnemental)
    Chaillot
    0
    Ce palais est construit à l'occasion de l'Exposition universelle de 1937 comme « pavillon des travaux publics ». Il est conçu par l'architecte Auguste Perret, grand spécialiste du béton armé, auteur également du Théâtre des Champs-Élysées en 1913, de l'Église Notre-Dame du Raincy en 1923 ou encore de la reconstruction du Havre lancée en 1945. Le musée des Travaux Publics ouvert suite à l'expo ferme en 1955, laissant place au Conseil Économique, Social & Environnemental en 1959.
  • Place
    Palais des Fêtes de Romainville
    Romainville
    0
    Ce bâtiment de brique et de béton n'est autre que le pavillon de la Pologne de l'Exposition universelle de 1937. Les statues des gloires nationales polonaises Copernic et Chopin accueillait alors les visiteurs. Démonté des Jardins du Trocadéro, il est reconstruit sur les hauteurs de Romainville en 1939. Aucune idée du nombre de personnes qui s'y sont démontées à la vodka depuis par contre.