• Place
    Hôpital Albert Chenevier
    La Grande Forêt
    0
    Cet hôpital de l’AP-HP constitue, avec l’établissement Henri Mondor, un groupe hospitalier de 463 lits, dispatchés parmi les nombreux pavillons répartis dans un grand parc. Docteur en droit à la fin du 19e siècle, Albert Chenevier fut secrétaire général de l’AP-HP et membre de la Ligue des droits de l’homme. Il fait souvent froid, en Chenvier. Je sais pas vous, mais moi ça Mondor, tout ça…
  • Place
    Hôpital Ambroise Paré
    Boulogne Ville
    0
    L’hôpital Ambroise-Paré, premier centre d’urgences des Hauts-de-Seine, doit son nom au premier chirurgien du roi Charles IX. La généralisation de l'utilisation des armes à feu sur les champs de bataille au 16e siècle, pousse Ambroise Paré à trouver une alternative plus douce à la cautérisation des plaies à l'huile bouillante ou au fer rouge. Il propose ainsi de ligaturer les artères des blessés afin d'éviter l'hémorragie. C'est pourquoi, il est souvent considéré comme le père de la chirurgie moderne.
  • Place
    Hôpital Américain de Paris
    Neuilly-sur-Seine
    0
    Fondé en 1906 par les docteurs Magnin et Van Bergen, cet hôpital, bien connu grâce aux célébrités qui viennent s’y faire soigner, est le seul hôpital civil hors du territoire américain à être accrédité par des organismes fédéraux (d’où, évidemment, son nom !). Il n’est subventionné ni par l’Etat français, ni par les instances américaines, mais par les dons de ses fortunés patients…
  • Place
    Hôpital André Mignot
    La Grande Défense
    0
    Cette modeste infirmerie, créée par Louis XIII en 1636, ne cessa de croître au cours des siècles. Après avoir été un asile pour les bas officiers et les domestiques, il devint un institut de formation en soins infirmiers à la fin des années 30. Avec l’hôpital Richaud et la Maison Despagne, l’hôpital Mignot forme le groupe hospitalier de Versailles. Oooooh, comme c’est Mignot !
  • Place
    Hôpital Antoine Béclère
    Clamart
    0
    L’hôpital Antoine-Béclère est un centre hospitalier universitaire de l’AP-HP nommé d’après le pionner français de la radiologie. Avec une capacité d’accueil de 411 lits, ce centre de recherche et d’enseignement fait référence dans de nombreux domaines, comme les troubles du sommeil ou la procréation médicalement assistée. C’est ici que naquit Amandine, en 1982, et Umut-Talha, en 2011, respectivement premier "bébé-éprouvette" et premier "bébé-médicament" de France. Un petit Guronsan, et ça repart !
  • Place
    Clinique de Bercy
    Charenton-le-Pont
    0
    Cet hôpital privé, anciennement clinique du Plateau des Gravelles, a été rebaptisé et déplacé sur le quai de Bercy en 1993 après avoir été racheté par le groupe Médi-partenaires. Honnêtement, on a peu de choses à dire sur ce petit établissement pluridisciplinaire de 75 lits. Par contre, le slogan de Charenton-le-Pont est « Une ville à vivre » : au moins, c’est une bonne pub pour sa clinique !
  • Place
    Hôpital Armand Trousseau
    Bel-Air
    0
    L'hôpital Armand Trousseau du groupe AP-HP, spécialisé dans les soins pédiatriques et de polyhandicap, fut reconstruit en 1901. Il porte le nom d'un médecin du 19e siècle, qui fut l'un des premiers à effectuer une trachéotomie. Le service d'urgence pédiatrique y est blindé de jour comme de nuit, sauf les jours de départ en vacances ou soir de matchs de foot. Étonnant, non !?
  • Place
    Hôpital Avicenne
    Bobigny
    0
    L'hôpital est inauguré en mars 1935 sous le nom d'hôpital franco-musulman de Paris, réservé aux patients musulmans de Paris. Le bâtiment principal, le pavillon Larray, intègre des éléments d'architecture orientale. Au cours des années 60, de nouveaux pavillons s'ouvrent en même temps que l'hôpital s'ouvre au reste de la population du département de la Seine. C'est en 1978 que l'hôpital est nommé Avicenne, en hommage au médecin et philosophe persan des 10e-11e siècles.
  • Place
    Hôpital Beaujon
    Clichy
    0
    Nommé d'après un généreux financier français du 18e siècle, Nicolas Beaujon, cet établissement s'est spécialisé dans les soins des maladies digestives, du rachis, du cou, et de la tête, alouette. En 1935, le nouvel hôpital, de treize étages, est surnommé l'hôpital "gratte-ciel" ; son architecture fortement inspirée de celle des hôpitaux outre-Atlantique avait pour but de conjuguer les avantages économiques d'une structure verticale et les vertus hygiéniques de l'altitude. Il est passé où, King Kong ?
  • Place
    Hôpital Bichat-Claude Bernard
    La Moskova
    0
    Les hôpitaux Bichat et Claude-Bernard, regroupés depuis 1970, proposent 919 lits. Le premier ouvre ses portes en 1882, en mémoire au médecin du 19e siècle mort à 30 ans, mais ayant largement contribué au développement des connaissances sur l'anatomie pathologique. Le second ouvre ses portes en 1905, en hommage au médecin-physiologiste, fondateur de la médecine expérimentale. Désormais, l'établissement fait partie du groupe des Hôpitaux Universitaires Paris Nord.
  • Place
    Hôpital Bretonneau
    Carrières
    0
    Pierre Bretonneau, médecin français du 19e siècle, donne son nom à hôpital qui ferma ses portes dans les années 80, suite à la fusion avec l'hôpital Hérold, ce qui donna naissance à l'hôpital Robert-Debré. Dans la première moitié des années 90, les locaux sont squattés par des artistes et devient "hôpital éphémère". Partiellement reconstruit, l'hôpital ouvre à nouveau ses portes en été 2001, offrant 205 lits d'hospitalisation en gérontologie et un centre dentaire depuis 2006. L'art, ça n'a pas de prix.
  • Place
    Hôpital Broca
    Gobelins
    0
    Le premier hôpital, bâti en 1832, se nommait Paul Broca depuis 1883, en hommage au célèbre medecin-anthropologue français du 19e siècle. En 1972, suite à la destruction des anciens bâtiments afin d’y bâtir la version 2.0 de l’hôpital, des vestiges gothiques y sont retrouvés. Depuis sa réouverture en septembre 1982, l’hôpital est entièrement consacré à la gérontologie clinique. L’aire de Broca est l’une des zones du cerveau humain responsables du langage. Si j’avais su, j’aurais pas venu !
  • Place
    Clinique Marie Lannelongue
    Le Plessis-Robinson
    0
    Ouvert en 1908 à Paris comme dispensaire, le CCML est un peu le bébé que Marie et son chirurgien d’époux, Odilon, n’ont jamais eu. En 1977, le CCML est transféré au Plessis-Robinson et se spécialise dans les pathologies thoraciques. Aujourd’hui centre chirurgical relié à l’université Paris Sud, il héberge aussi trois équipes de recherche. Partenaire de la société Carmat, fabricant du cœur artificiel, c’est LE lieu pour soigner votre petit cœur brisé. Un bel hommage au couple Lannelongue !
  • Place
    Hôpital Charles Foix
    Ivry
    0
    Construit sur le parc du château d’Ivry, cet ancien hospice de la fin du 19e siècle fut rebaptisé hôpital Charles Foix en 1976, en mémoire du neurologue qui en fut l’un des chefs de service. Spécialisé en gériatrie, il a une capacité d’accueil de 360 personnes. Ce centre hospitalo-universitaire s’est regroupé en 2011 avec la Pitié-Salpétrière afin de former l’un des douze groupes hospitalier de l’AP-HP. On y retrouvera bientôt Ophélie Winter qui chantera "Dieu m’a donné la FOIX".
  • Place
    Hôpital Charles Richet
    La Grande Plaine
    0
    L’hôpital Charles-Richet de l’AP-HP fut inauguré le 25 novembre 1965 et fait partie depuis le 21e siècle au groupe des Hôpitaux Universitaires Paris Nord. Ce professeur en physiologie à la faculté de médecine fut l’auteur en 1913 du livre "La Sélection humaine" prônant l’élimination des "races inférieures", des malades incurables et des anormaux… un vrai petit nazi !
  • Place
    Hôpital de Créteil
    La Grande Forêt
    0
    Le Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil, ou C.H.I.C, inauguré le 3 novembre 1937, a une capacité d'accueil de 509 lits. Ses pôles d'excellences sont entre autre le gynéco-obstétrique, la pédiatrie et l'ophtalmologie. L'établissement fait en moyenne 48 000 séjours et 90 000 passages aux urgences par an. C'est pour quand, le concert du groupe Chic ? Aaaah freak out, le freak c'est CHIC…
  • Place
    Hôpital du Raincy - Montfermeil
    La Grande Forêt
    0
    Ce groupe hospitalier est le résultat de la fusion progressive de trois établissements : l’hôpital de Montfermeil, ouvert en 1935 par un syndicat de neuf communes, l’hôpital Valère Lefebvre du Raincy, et le Centre de soins des Ormes. Le groupe rassemble de très nombreux départements, aussi bien en courts qu’en longs séjours. Mais il a un autre talent caché… En 2014, le groupe a gagné le prix de la meilleure communication de recrutement en hôpital pour leur vidéo ! Si c’est Raincy, j’y vais aussi.
  • Place
    Hôpital Lucie & Raymond Aubrac
    Les Grandes Roses
    0
    Le centre hospitalier intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges a été inauguré en 1971 et accueille également depuis 1973 l’Institut de Formation en Soins Infirmiers. En 2013, à l’occasion de l’inauguration d’un gigantesque pôle femme-enfant, l’hôpital prend le nom de Lucie et Raymond Aubrac, deux figures mythiques de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Avec ça, le quartier risque d’être bien défendu !
  • Place
    Hôpital Sainte-Anne
    Sainte-Anne
    0
    Nommé d’après la sainte patronne de la mère de Louis XIV, Sainte Anne, cette ferme bâtie en 1651 servit de lieu de travail pour les aliénés de l’hospice Bicêtre. Depuis 1867, la ferme est transformée en hôpital psychiatrique destinée au traitement, à la recherche et à l’enseignement des maladies mentales. C’est dans ces murs, en 1952, que Jean Delay met au point le premier neuroleptique, le Largactil. Une people de la télé-réalité, connue pour ses performances en piscine, y séjourna quelque temps.
  • Place
    Hôpital de Courbevoie - Neuilly - Puteaux
    Neuilly-sur-Seine
    0
    L'hôpital de Neuilly-sur-Seine, ouvert en 1935, est le centre administratif du groupe hospitalier Courbevoie-Neuilly-Puteaux, qui propose pas moins de 400 lits et de nombreuses spécialités, couvrant ainsi un bassin de population de 300 000 habitants. Cela représente 14 600 patients hospitalisés, 41 000 passages aux urgences, et 2 300 naissances par an. Se trouvant en bord de Seine, les plus fortunés pourront même y amarrer leur yacht !
  • Place
    Hôpital Jean Rostand
    Sèvres
    0
    Depuis 2006, l’ancien hôpital Jean Rostand fait partie du centre hospitalier des Quatre Villes, avec l’hôpital de Saint-Cloud. Le site accueille une résidence pour personnes âgées, qui porte toujours le nom du célèbre biologiste et Académicien français qui se passionna pour les origines de la vie, ainsi qu’une filière complète en addictologie. Plutôt bien tombé, pour une ville qui s’appelle « Sèvres » !
  • Place
    Hôpital de Marne-La-Vallée
    La Grande Forêt
    0
    Voilà un hôpital à la pointe de la modernité ! Ouvert en 2012, ce centre hospitalier construit pas loin de Disneyland Paris a même sa page Facebook. Et ses architectes ont fait fort pour faire rentrer leur œuvre dans la lumière : revêtement en « peau de verre », cristaux réfléchissants sur les murs des patios intérieurs, verrières, etc. Tout ça avec le label Haute Qualité Environnemental. Franchement, ça ne vous donne pas plus envie d’aller le visiter plutôt que le Disney Village ? Mickey doit l’avoir mauva
  • Place
    Hôpital de Meaux
    La Grande Forêt
    0
    En 1845, un hospice général ouvre à Meaux, et deviendra au fil des siècles l’hôpital que l’on connaît aujourd’hui. Mais il semblerait que ses origines remontent encore plus loin : au Moyen ge, le bien nommé Jean Rose, grand bourgeois spécialisé dans le commerce du grain, aurait déjà pris l’initiative d’ouvrir un centre de soins à cet endroit. « Meaux », ça voudrait pas dire « bobos » en vieux français ?
  • Place
    Hôpital de Saint-Denis
    Saint-Denis Ville
    0
    Ce site fait partie du centre hospitalier de Saint-Denis, réparti dans plusieurs établissements de la ville. En 1904, l’hôpital a failli rentrer dans l’histoire : Louis Pasteur y a en effet injecté son tout premier vaccin contre la rage ! Malheureusement, la piqûre eut lieu trop tard, et le patient mourut. Finalement, ce bâtiment construit dans la rue du docteur Pierre Delafontaine porte également le nom de ce médecin… mais lui, on ne sait pas du tout qui c’est.
  • Place
    Hôpital de Meulan - Les-Mureaux
    La Grande Défense
    0
    Le Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan les Mureaux (CHIMM) regroupe 4 sites sur 2 villes différentes, dont le premier campus de formations paramédicales de France. L’un des sites porte le nom de Brigitte Gros, ancienne maire de Meulan, qui milita pour un mieux vivre dans les « grands ensembles », ces habitats collectifs construits en périphérie de Paris. Consciente des problèmes de transport en banlieue, elle proposa même de créer une « carte autostoppeur » : une vision du covoiturage avant l’heure !
  • Place
    Hôpital de Saint-Germain-en-Laye
    La Grande Défense
    0
    La maison-Dieu de Saint-Germain-en-Laye est fondée en 1228, à destination des pauvres. La marquise de Montsepan les y enfèrme à partir de 1753. Reconstruite en 1888 suite à une souscription, elle devient un hôpital public en 1956. Il fusionne en 1803 avec celui de Poissy pour devenir le centre hospitalier intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en Laye, ou CHIPS. À eux deux c'est plus de 1 200 lits, 85 000 urgences et 5 000 naissances. L'histoire ne dit pas combien de paquets de chips y sont dévorés par an.
  • Place
    Hôpital Sud-Francilien
    Les Grandes Roses
    0
    1999 : l'Hôpital Sud-Francilien fusionne 3 établissements. Louise Michel, héritier de l'Hôtel Dieu de Corbeil-Essonnes, est détruit sous la Révolution et remplacé en 1866, par l'hôpital-hospice Galignari, du nom de ses mécènes. Gilles de Corbeil, érigé par Fainsilber (Géode), accompagne la démographie de la nouvelle Evry depuis 1982, au cœur du quartier du canal. Le centre de rééducation-réadaptation Albert Calmette, du centre-ville de Yerres, occupait un ancien préventorium pour jeunes tuberculeux.
  • Place
    Hôpital Cochin
    Faubourg Saint-Jacques
    0
    Cet hôpital, créé en 1780 et qui a changé de nom plusieurs fois, tient son appellation actuelle de Jean-Denis Cochin, curé de la paroisse où se trouvait l’hospice St-Jacques-du-Haut-Pas, qui soignait surtout des indigents et des ouvriers. Fusion de plusieurs établissements (hôpital Ricord, maternité Port-Royal, clinique Baudelocque, hôpital Tarnier), il accueille aujourd’hui le centre des Grands brûlés et une Maison des adolescents. T’aurais pas du feu sur toi ?
  • Place
    Hôpital Corentin Celton
    Issy-les-Moules
    0
    Corentin Celton, syndicaliste et résistant communiste, est mort pour la France en 1943. L'établissement où il travailla en tant qu'infirmier lui fut dédié. Cet hôpital spécialisé en gériatrie propose 443 lits et 62 places de jour. La valeur d'un homme ne dépend pas de son statut social.
  • Place
    Hôpital Diaconesses
    Picpus
    0
    Ce sont des religieuses protestantes, les Diaconnesses de Reuilly, qui fondent en 1843 cet établissement. Enrichi au fil des ans par un pavillon de chirurgie, une maternité, une école d’infirmiers, il sera réformé progressivement afin d’intégrer le service public hospitalier, puis fusionnera avec l’oeuvre de la Croix-Saint-Simon, initiée par une autre protestante bien connue, Marie de Miribel, qui a sa station de tram non loin.
  • Place
    Hôpital de la Croix Saint-Simon
    Charonne
    0
    Créé en 1906 par la fameuse Marie de Miribel, ce dispensaire traitait d’abord les cas de syphilis et de tuberculose qui touchaient le quartier de Charonne. La construction de l’hôpital en lui-même est achevée vers 1920, il compte alors 12 lits ! Diversifiant peu à peu son activité par des services anti-vénériens, anti-cancéreux, il se dôte aussi d’une école d’infirmières et d’assistantes sociales, et d’un service de pédopsychiatrie, en 1977. Le bâtiment de 1920 est démoli et reconstruit en 2010.
  • Place
    Hôpital Emile Roux
    Les Grandes Roses
    0
    L’hôpital Émile Roux a pour vocation première un accueil gériatrique et gérontologique avec une capacité de 911 lits. Il fut l’un des plus proches collaborateurs de Pasteur et fonda avec lui l’institut Pasteur. On parle d’Émile Roux là, à ne surtout pas confondre avec Émile Louis…
  • Place
    Hôpital Erasme
    Les Grandes Roses
    0
    Cet établissement de santé public (ESP) spécialisé en psychiatrie rend hommage à l'ouvrage « Eloge de la Folie » d'Erasme, humaniste et cosmopolite convaincu qui donna aussi son nom au programme européen d'échange universitaire. Ce sont dans les valeurs humanistes défendues par l’ESP que se retrouve l’esprit d’Erasme : tout être humain est capable et devrait avoir accès à toute forme de savoir. En 2012, le label Culture et Santé a récompensé sa politique culturelle très riche. Franchement, la classe Erasme.
  • Place
    Hôpital Fernand Widal
    Gare de l'Est
    0
    C’est le centre anti-poison de Paris, nommé après l’un des pionniers du diagnostic sérologique des maladies infectieuses, au travers de la technique d’agglutination. Communément appelé "La maison Dubois" jusqu’en 1959 où il prend son nom, Hôpital Fernand-Widal. Vous connaissez la blague du mec qui se fait mordre le gland par un serpent dans le désert ? C’est à ce moment-là qu’on reconnaît les vrais potes.
  • Place
    Hôpital Foch
    Suresnes
    0
    La "Fondation Maréchal Foch" est créée pendant l'entre-deux-guerres et répond aux besoins des classes moyennes. L'établissement fut construit sur la propriété de la famille Worth, célèbre couturier de l'impératrice Eugénie. Situé en contrebas de la gare, il est confié à la caisse de prévoyance de la SNCF de 1949 à 1996, quand la ville le récupère. Finalement, malgré les années, le Pavillon Balsan a su ne pas se faire focher par l'Histoire !
  • Place
    Hôpital Hertford
    Levallois-Perret
    0
    L’institut Franco-Britannique, fusion de l’hôpital Hertford et de l’hôpital Notre-Dame du Perpétuel-Secours, est remarqué pour l’architecture de son bâtiment, inscrit aux Monuments historiques depuis 1987. Fondé suite à la guerre de 1870, pour soigner les sujets britanniques vivant dans notre belle capitale. Agrandi dans les années 1960, il est sauvé de la démolition dans les années 80, par Patrick Balkany lui-même ; l’édifice n’abrite toutefois plus l’hôpital, mais des bureaux privés.
  • Place
    Hôpital Georges Clemenceau
    Les Grandes Roses
    0
    L’hôpital Georges Clemenceau ouvre ses portes dans les années 30 et est aujourd’hui spécialisé en gériatrie avec une capacité d’accueil de 412 lits. Se trouvant dans le fin fond de l’Essone au milieu des vaches, c’est parfait pour les vieux. Georges Clemenceau, c’est "L’Aurore" où il défend le capitaine Dreyfus, c’est le "premier flic de France" avec ses "Tigres", c’est "L’homme enchainé" qui se bat contre la censure, c’est le "Père la Victoire" fin négociateur… Un putain de mec, en somme.
  • Place
    Hôpital de Gonnesse
    La Grande Plaine
    0
    On dirait pas comme ça, mais cet hôpital regorge d?une histoire datant de? 1208 ! Pierre de Theillay, prévôt de Paris, avait alors cédé des terres pour y construire un Hôtel Dieu. De ce bâtiment, il ne reste que les arcades de style gothique, et les vestiges d?une chapelle construite en 1841. Aujourd?hui, un nouvel hôpital est en construction à quelques mètres de là, mais le projet traine en longueur depuis plusieurs années. Donc nous, on suggère comme accroche : « Go go Gonesse, prends d?la vitesse ».
  • Place
    Institut Gustave Roussy
    Villejuif
    0
    Fondé en 1921 par Gustave Roussy, neurologue et cancérologue suisse naturalisé français, cet hôpital est un centre de lutte contre le cancer (CLCC). Accueillant enfants et adultes, soignant tous types de cancers, il reste à la pointe de l’innovation grâce à ses équipes de recherche et d’enseignement, reconnues internationalement. Parfois, malheureusement, ça sent le Roussy…
  • Place
    Hôpital Européen Georges Pompidou
    Javel
    0
    Ouvert en 2001 suite à la fermeture de Broussais, Laennec et Boucicaut, le dernier-né des hôpitaux de l’AP-HP n’a rien à envier à ses aïeux. A la pointe du progrès en chirurgie cardiaque, c’est dans ses murs que le premier coeur artificiel a été implanté, en 2013. Accueillant des chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de Paris-Diderot, l’HEGP innove également dans le traitement et l’automatisation de la biochimie et de l’hématologie biologique. Dans cet hôpital, ils ont le coeur sur la main !
  • Place
    Hôpital Henri Mondor
    La Grande Forêt
    0
    Le CHU (centre hospitalier universitaire) Henri-Mondor fut baptisé en hommage à un chirurgien du 20e siècle. Inauguré le 2 décembre 1969, il fait partie du groupe AP-HP. Constitué de quinze étages, d’une capacité d’accueil de 958 lits et soignant en moyenne 40 000 malades par an, il est également le siège du SAMU 94. Disposant d’un SMUR, il est le seul hôpital de l’Ile de France avec un héliport. On ne se refuse rien, à ce que je vois !
  • Place
    Hôpital de la Croix-Rouge Henri Dunant
    Point du Jour
    0
    Un hôpital est ouvert à cet emplacement en 1896 par l’Association des Dames Françaises, scission d’une des premières sociétés de la Croix-Rouge française. L'association introduit en France les cours de brancardiers pour lycéens et dédie l’hôpital à l’instruction des ambulancières, puis est rattachée à la Croix-Rouge en 1940. L’établissement actuel porte le nom de l’homme d’affaires suisse fondateur de la Croix-Rouge, Henri Dunant. Pensez aux collectes : pas de dons, pas de brancards…c’est dunant dunant !
  • Place
    Hôpital militaire du Val-de-Grâce
    Val-de-Grâce
    0
    Construit sur le potager de l’abbaye du même nom, fondée en 1621 et encore debout aujourd’hui, l’hôpital du Val-de-Grâce devient militaire à la Révolution, et "d’instruction" le 30 floréal de l’an IV. Premier CHU militaire en 1993, ses services de soins sont transférés à partir de 2015 vers les hôpitaux de Clamart et de St Mandé. La recherche, la formation, et le musée resteront dans leurs bâtiments historiques du 5e arrondissement. C’est grâce à qui, tout ça ?
  • Place
    Hôpital militaire Bégin
    Saint-Mandé
    0
    L'Hôpital militaire Bégin, né d'un décret de Napoléon III en avril 1855, fut érigé pour soigner les blessés de la guerre de Crimée. La petite histoire rapporte que c'est l'épouse de ce dernier, l'impératrice Eugénie, qui, endeuillée par 2 fausses couches, a prié la Vierge en ces lieux. Le couple vécut heureux et un an plus tard naissait leur seul et unique fils : le prince Napoléon Eugène Louis. L'empereur, pété, s'exclama alors : "When the rain BEGINs to fall, you'll ride my rainbow in the sky".
  • Place
    Hôpital militaire de Percy
    Clamart
    0
    L’hôpital porte le nom du chirurgien en chef des armées sous la Révolution et l’Empire, Pierre-François Percy, inventeur du tire-balles. Son service d’urgences et sa proximité avec la base aérienne de Villacoublay lui permettent de recevoir en permanence tout type de blessés : il a notamment reçu Yasser Arafat. Sortez le Percy de vos oreilles, bande de veaux ! En plus d’un hôpital à son nom, le fameux Pierre-François figure parmi les patronymes gravés sous l’arc de Triomphe de l’Etoile.
  • Place
    Hôtel-Dieu
    Île de la Cité
    0
    "Hôtel-Dieu", cœur névralgique de Paris, construit au 7e siècle grâce aux financements des bourgeois et nobles afin de racheter leurs péchés. L’état commence à se mêler des affaires de l’institution au 16e siècle. Lieu d’enfermement pour les pauvres et les marginaux au 17e, il prend au 18e des fonctions traditionnelles de soins et traitements. L’un des premiers CHU au 19e siècle, est souvent en rénovations et son utilité est régulièrement remise en cause. God damn it!
  • Place
    Hôpital l'Eau Vive
    Les Grandes Roses
    0
    Cet hôpital psychiatrique créé dans les années 60 est le produit du mouvement psychiatrique et psychanalytique en France après la Seconde Guerre mondiale. Elle a une capacité de 88 lits pour de courts et moyens séjours et trouve son origine dans "L’Association d’hygiène mentale et de lutte contre l’alcoolisme du 13e arrondissement de Paris". Ce n’est pas en hommage à Guy Béart, qui chantait "ma petite est comme l’eau, elle est comme l’eau vive..."
  • Place
    Institut mutualiste Montsouris
    Montsouris
    0
    L'hôpital de la Cité Universitaire de Paris ouvre vraisemblablement en 1945, et est transformé en 1964 pour devenir l'Hôpital International de l?Université de Paris. En 1999 il fusionne avec le plus modeste mais spécialisé Centre Médico-Chirurgical de la porte de Choisy, pour devenir l'Institut Mutualiste Montsouris. Lauréat d'un concours, l'architecte a entièrement transformé le vieil immeuble de 11 étages pour faire entrer esthétisme et lumière dans une structure de 50 000 m2, installée sur 7 étages.
  • Place
    Hôpital Jean Verdier
    Bondy
    0
    L’hôpital porte le nom de Jean Verdier, préfet de Paris et président du conseil d’administration de l’assistance publique pendant la première moitié des années 70, depuis le 14 octobre 1975. Faisant partie du groupe universitaire de Paris-Seine-Saint-Denis de l’AP-HP, ce centre de consultation et d’urgences pour adultes et enfants a une capacité d’accueil de 326 lits.
  • Place
    Hôpital Joffre - Dupuytren
    Les Grandes Roses
    0
    L’hôpital Joffre-Dupuytren se consacre depuis sa création en 1931 à l’accompagnement des personnes âgées. Les locaux furent à l’origine un sanatorium, avant de devenir un hôpital en 1960. C’est en 2000 que le groupe hospitalier trouve son nom actuel, composé du nom du maréchal Joffre, militaire lors de la Première Guerre mondiale, et du chirurgien militaire du 19e siècle, Guillaume Dupuytren, auteur de mémoires sur "l’anus contre nature". On vous en dit pas plus...
  • Place
    Hôpital du Kremlin-Bicêtre
    Le Kremlin-Bicêtre
    0
    Le Kremlin-Bicêtre, ou « KB » pour les intimes, est un établissement hospitalier bâti au 17e siècle. Sa fonction d'origine, recueillir les soldats et officiers blessés, fut détournée dès 1656 pour devenir un hospice, puis une prison, et enfin un asile d’aliénés. Une campagne de rénovation et de mise en conformité ont permis, à partir de 1956, de réhabiliter "Bicêtre" en hôpital pour enfants ; l’année suivante le premier service de cardiologie infantile français y est ouvert. Ça fait chaud au cœur.
  • Place
    Hôpital de la Collégiale
    Jardin des Plantes
    0
    En souvenir de l’ancienne église "la Collégiale Saint-Marcel", l’hôpital fait partie du groupe hospitalier Broca-La Rochefoucault-La Collégiale de l’AP-HP, construit entre 1992 et 2006. Avec une capacité de 563 places, le groupe est spécialisé dans la prise en charge du patient âgé, dépendant et polypathologique. Que c’est moche de vieillir !
  • Place
    Hôpital La Rochefoucauld
    D'Enfer
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3
  • Place
    Hôpital Lariboisière
    Clos Saint-Lazare
    0
    Afin de faire face à l’'épidémie de choléra de 1832, il fut urgent de construire rapidement de nouveaux hôpitaux. C’est en 1845 que l’hôpital prend son nom actuel de Lariboisière, en hommage à une riche comtesse ayant légué toute sa fortune aux hôpitaux de l’Assistance Publique. Sa construction fut pensée selon les théories hygiénistes, et sur un type pavillonnaire. Les bâtiments sont classés aux monuments historiques depuis 1975. N’oubliez pas de vous laver les mains !
  • Place
    Hôpital Louis Mourier
    Colombes
    0
    Construit dans les années 1970, cet hôpital porte de le nom de Louis Mourier, homme politique sous la IIIe République et ancien directeur général de l'assistance publique. La spécialité de ce monsieur, avec son nom mortel, fut de construire une poignée d’hôpitaux afin de renforcer le réseau d’infrastructures déjà existantes. L’hôpital actuel dispose des équipements les plus modernes et on peut le remercier, parce qu’il fait bon vivre vieux dans ce pays. [par Brooganboo]
  • Place
    Hôpital Maison-Blanche
    Père Lachaise
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3
  • Place
    Hôpital Max Fourestier
    Nanterre
    0
    Et non, ce n'est pas une maison bleue adossée à la colline ! D'ailleurs, son histoire en est vraiment très loin : sa construction en 1887 par l'architecte Achille Hermant le destinait à devenir un hôpital carcéral. Heureusement, de grands médecin ont, au fil du temps, donné une autre dimension à l'hôpital, dont le Docteur Fourestier, fidèle a sa devise : « égalité de tous les hommes devant la souffrance et la guérison ». Ça sonne presque comme du Maxime Le Forestier !
  • Place
    Hôpital Marmottan
    Ternes
    0
    Construit grâce au legs de l’écrivain/collectionneur/mécène Paul Marmottan, cet hôpital est spécialisé dans l’accompagnement et les soins liés aux pratiques addictives. Ouvert en 1937, situé non loin de la place de l’Etoile, il fut fortement mis à contribution lors des combats de la Libération. Abritant deux services d’hygiène mentale, il accueille depuis 2003 les addicts du virtuel. "J’ai pas ma seringue, t’as pas du shit ?" (Les Trois Frères)
  • Place
    Hôpital Paul Brousse
    Villejuif
    0
    L’hôpital Paul-Brousse fait partie du groupe des Hôpitaux Universitaires Paris-Sud (l’AP-HP), avec une capacité d’accueil de 716 lits. Paul Brousse fut le directeur de l’asile d’aliénés de Ville-Evrard à la fin du 19e siècle. Il est le premier centre national de transplantation hépatique et fournisseur officiel en foie gras pour les hôpitaux de Paris... CQFD, non ? Il n’y a pas de petite économie !
  • Place
    Hôpital Paul d'Egine
    La Grande Forêt
    0
    L’hôpital privé Paul d’Egine est né en 2000 de la fusion entre la Polyclinique chirurgicale de Champigny, la clinique des bords de Marne et la Clinique Juliette de Wills. À ce jour, il accueille plus de 23 000 patients par an. Cet établissement de soins pluridisciplinaires d’excellence a su préserver sa qualité d’hôpital privé de proximité. Il travaille en complémentarité de gestion des patients avec quatre autres hôpitaux afin de constituer l’offre de soins du pôle Est parisien de Ramsay Générale de Santé.
  • Place
    Hôpital Paul Guiraud
    Villejuif
    0
    La nosocomephobie est la phobie des hôpitaux. Et dans le cas de L'établissement public de santé Paul-Guiraud, ce n'est pas une peur déraisonnable. Spécialisé en psychiatrie, il possède notamment une unité pour malades difficiles, qui traite des malades mentaux présentant un danger pour eux-mêmes ou pour autrui. Autrefois appelé « asile de Villejuif », il est rebaptisé en 1990 en l'honneur du psychiatre Paul Guiraud, chef de service de l'hôpital. Une cousine de Jean-claude Duss cette phobie, non ? [par skn]
  • Place
    Hôpital Notre-Dame du Perpétuel Secours
    Levallois-Perret
    0
    L’institut Franco-Britannique, fusion de l’hôpital Hertford et de l’hôpital Notre-Dame du Perpétuel-Secours, est remarqué pour l’architecture de son bâtiment, inscrit aux Monuments historiques depuis 1987. Fondé suite à la guerre de 1870, pour soigner les sujets britanniques vivant dans notre belle capitale. Agrandi dans les années 1960, il est sauvé de la démolition dans les années 80, par Patrick Balkany lui-même ; l’édifice n’abrite toutefois plus l’hôpital, mais des bureaux privés.
  • Place
    Hôpital Pitié-Salpétrière
    Salpêtrière
    0
    Les premiers aménagements débutèrent en 1656 sous Louis XIV, à l’emplacement du petit arsenal, lieu de fabrication de la poudre pour les munitions, surnommé la "Salpêtrière". Jusqu’à la Révolution française, la Salpêtrière n’eut aucun rôle médical, mais fut le plus grand hospice du monde, abritant 10 000 personnes ; la prison comptait plus de 300 détenus. Entre 1882 et 1892, la Salpêtrière fut une des deux grandes écoles ayant contribué à l’"âge d’or" de l’hypnose en France. Vos paupières sont lourdes...
  • Place
    Hôpital des Quinze-vingts
    Quinze-Vingts
    0
    Hospice fondé en 1260 par Saint-Louis sur un lopin de terrain appelé "Champourri" ; le nom de "Quinze-Vingts" correspond à 300 dans le système vicésimal (15x20=300, vous voyez ?), pour les 300 lits qu’il comportait, et parce que "Dix-Trente" ça sonne nettement moins bien. Déplacé en 1779, le centre hospitalier national d’ophtalmologie voit également sa capacité augmenter, à 800 lits. Sa création est parfois liée aux Croisés revenant de la septième croisade, mais la raison reste encore floue...
  • Place
    Hôpital Raymond Poincaré
    Garches
    0
    C’est en 1936 que l’hôpital Raymond Poincaré, du nom du président de la République lors de la Première Guerre mondiale, ouvre ses portes. Cet établissement de l’AP-HP est spécialisé depuis les années 50 dans la rééducation des malades atteints d’infections, et a un pôle orthopédique important. En plus d’un service destiné aux enfants, il comporte 44 lits réservés aux adultes. Guillaume Depardieu y fut hospitalisé en 1995 suite à une chute à moto. Un hôpital coûte parfois une jambe...
  • Place
    Hôpital René Dubos
    La Grande Plaine
    0
    Cet hôpital fut bâti près de la cathédrale de Pontoise en 1190. En 1259, un autre établissement fut édifié sous la direction d’un prieuré. Les bâtiments devenus vétustes furent détruits et remplacés en 1826. Le patrimoine bâti n’a alors cessé de croitre. Il est ainsi implanté en 2017 sur 33 hectares. C’est en 1983 que le centre hospitalier de Pontoise prend le nom de René Dubos, découvreur du premier antibiotique. C’est aujourd’hui l’un des plus importants centres hospitaliers d’Ile-de-France hors CHU.
  • Place
    Hôpital René Muret - Bigottini
    La Grande Forêt
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3
  • Place
    Hôpital René Huguenin
    Saint-Cloud
    0
    Fondé en 1959, cet hôpital est un centre de lutte contre le cancer, spécialisé dans le cancer du sein, fusionné avec l'Institut Curie en 2010. Il porte le nom de Jean-René Huguenin, jeune météore du paysage littéraire français, dont l'unique roman “La Côte Sauvage”, encensé par Gracq, Mauriac, et Aragon, reste considéré comme un témoignage important sur la jeunesse des années 60. Enterré à Saint-Cloud en 1962, il mourut prématurément à 26 ans d’un… accident de voiture.
  • Place
    Hôpital Robert Debré
    Amérique
    0
    Issu de la fusion des hôpitaux Bretonneau et Hérold, le plus grand hôpital pédiatrique d’Europe est inauguré par le maire Chirac en 1988. Il tient son nom de Robert Debré, père de la pédiatrie moderne. Disposant de pôles spécialisés, ses 80 000m2 voient défiler pas moins de 150 000 consultations par an, et 3 000 naissances y ont lieu chaque année, en moyenne. Les jumeaux Debré peuvent être fiers de leur papy.
  • Place
    Hôpital Rothschild
    Picpus
    0
    L’hôpital Rothschild est bâti en 1852, par le baron du même nom. Appartenant au groupe AP-HP, avec une capacité de 300 lits, il est spécialisé en gériatrie, médecine physique et adaptative, mais aussi en odontologie. Le baron de Rothschild fut un banquier français du 19e siècle, ayant entre autres inspiré de nombreux personnages à Stendhal, Balzac, ou encore Zola. Comme le dirait si bien notre ami Emile, "Devant la mort, toutes les querelles finissent".
  • Place
    Hôpital Saint-Antoine
    Aligre
    0
    L’hospice de l’Est, fort modeste puisque n’accueillant que 144 patients, prend le nom de l’abbaye de Saint-Antoine, toute proche, en 1802. Le saint patron sera profitable à l’établissement : la capacité passe à 320 lits en 1842, médecins et personnels soignants sont plus nombreux... Ayant accueilli le tournage français de la série Urgences, il est aussi connu pour son médecin urgentiste, Patrick Pellou, qui a alerté l’opinion publique suite à la canicule de 2003. Un vrai Dr. Mamour à la française !
  • Place
    Hôpital Saint-Joseph
    Plaine de Vanves
    0
    C’est grâce à quelques catholiques laïcs que l’hôpital est fondé, en 1870. Dans les années 1910, près de 400 lits peuvent accueillir les malades, soignés par les soeurs de l’ordre de St Vincent de Paul ; elles géreront l’hôpital jusqu’en 1958. L’hôpital devient fondation 20 ans plus tard, et peut donc recevoir dons et legs, sans but lucratif.
  • Place
    Hôpital Saint-Louis
    Hôpital Saint-Louis
    0
    Fondé lors de l’épidémie de peste, l’hôpital porte le nom de Louis IX, censément mort de la peste. Henri IV, assassiné en 1610, ne fera pas l’inauguration, malgré une construction express en 5 ans seulement. Installé hors des murs de la ville, l’hôpital est destiné à la mise en quarantaine et reste intermittent jusqu’en 1773. Spécialisé ensuite en hématologie, dermatologie, et d’autres choses en -tologie, il voit ses bâtiments classés aux Monuments historiques à partir de 1937.
  • Place
    Hôpitaux de Saint-Maurice
    Saint-Maurice
    0
    L'hôpital Esquirol et l'hôpital national de Saint-Maurice, mitoyens, sont regroupés en 2011 pour former les Hôpitaux de Saint-Maurice. Ces deux hôpitaux bâtis respectivement au 17e et en 1857 étaient des asiles où ont séjourné le Marquis de Sade et Paul Verlaine. Désormais établissement public de santé, ils regroupent plusieurs spécialités. Avec le Centre hospitalier des Murets, ils forment depuis 2016 le Groupement Hospitalier de Territoire 94 Nord suite à la loi de modernisation du système de santé.
  • Place
    Hôpital Sainte-Camille
    La Grande Forêt
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3
  • Place
    Hôpital Sainte-Périne - Chardon Lagache
    Auteuil
    0
    Du groupe des Hôpitaux Universitaires Paris Ile-de-France Ouest, cette ancienne abbaye prit le nom de Sainte-Périne en 1746. Devenu bien national en janvier 1797, elle est transformée en hospice en 1806 par l’impératrice Joséphine. Situé sur l’actuelle avenue George V, c’est en 1858 que l’hôpital de l’AP-HP est déplacé dans le 16e arrondissement de Paris. Pensez-vous qu’ils aient tous été des saints dans cette affaire ?
  • Place
    Hôpital Saint-Vincent-de-Paul
    Parnasse
    0
    C’est Vincent de Paul qui fonde en 1638 l’hospice des Enfants-Assistés, vers la Porte St Victor. Déplacé à Bicêtre, puis à St Lazare et à Notre-Dame, l’hospice sera finalement associé à celui des Enfants-Trouvés, et installé à l’Oratoire puis rue d’Enfer. En 1942, on donne le nom du fameux patron des oeuvres charitables à cet hôpital, désaffecté en 2011 suite à plusieurs scandales sanitaires.
  • Place
    Hôpital Tenon
    Ménilmontant
    0
    L'hôpital Tenon ouvre ses portes en 1878 sous le nom d'hôpital de Mesnilmontant avant de prendre, l'année suivante, le nom d’un chirurgien français du 18e siècle. Faisant partie du groupe AP-HP il est réputé pour ses services d'urologie et de pneumologie. La chanteuse Edit Piaf naquit dans cet hôpital le 19 décembre 1915. "Mon manège à moi, c'est toi !"
  • Place
    Hôpital Vaugirard - Gabriel Pallez
    Vaugirard
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3
  • Place
    Hôpital Victor Dupouy
    La Grande Plaine
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3
  • Place
    Hôpital de Ville-Evrard (château Delonzot)
    La Grande Forêt
    0
    C'est en 1868 sur le site du château de Ville-Évrard que fût ouvert un premier asile destinés aux aliénés indigents de l'Est de Paris, puis en 1875 une maison de santé pour les patients plus aisés, suivi en 1900 d'un second asile situé en face, celui de Maison Blanche, par l'architecte des docks d'Austerliz. L'asile est aujourd'hui devenu musée, et la Maison Blanche un projet du Grand Paris. Ville-Évrard c'est aussi le nom du lieu qui a appartenu à Philippe Le Bel et au Général d'empire François Xavier Donz
  • Place
    Hôpital Necker - Enfants Malades
    Necker
    0
    L’hospice des Enfants malades, premier hôpital pédiatrique au monde en 1802 (250 lits !), fusionne en 1920 avec l’hôpital Necker, du nom de Jacques Necker, Directeur général des finances de Louis XVI. Le stéthoscope et le sérum antidiphtérique y furent testés, et la première greffe d’organe et la première thérapie génique y eurent lieu. Faisant partie du GHU Ouest, il est, comme son nom l’indique, spécialisé en... pédiatrie ! Mais pas seulement...
  • Place
    Hôpital André Grégoire
    Montreuil
    0
    Le centre hospitalier intercommunal André-Grégoire ouvre ses portes en 1965 et fait référence dans de nombreuses communes de Seine-Saint-Denis, en raison du large spectre de prestations médico-chirurgicales qu'il propose. Spécialisé en cardiologie, il dispose d'un plateau technique d'analyse médicale, mais aussi d'un service de chirurgie maxillo-faciale, d'ontologie réparatrice et esthétique. En 2022, le prologement de la ligne 11 permettra d'y accéder directement, d'ici là prenez le bus.
  • Place
    Hôpital Stell
    Rueil-Malmaison
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3
  • Place
    Fondation Adolphe de Rothschild
    Buttes Chaumont
    0
    Au décès du baron Adolphe de Rotschild en 1900, la baronne Julie-Caroline fait construire, selon ses dernières volontés, un établissement spécialisé en ophtalmologie, destiné aux indigents. Ouvert le 1er mai 1905, il connaît un succès immédiat. La Fondation a toujours pour vocation de proposer consultations, soins et médicaments gratuits à tous, sans distinction de religion ou d’opinions politiques. Malgré le mauvais œil des Rothschild, elle a su s'adapter pour viser l'excellence médicale.
  • Place
    Hôpital Privé du Nord Parisien
    La Grande Plaine
    0
    L'hôpital Privé Nord Parisien (HPNP pour les intimes) fut bâti en 1963. Plusieurs pôles de santé (chirurgie, dialyse, maternité?) très bien équipés furent construits au fil des années, faisant de l'HPNP l'un des premiers établissements de santé coopératifs privés français. [par Mr_Prince & Arlem]
  • Place
    Hôpital Simone Veil d’Eaubonne
    La Grande Plaine
    0
    L'hôpital Simone Veil regroupe depuis 1998 les hôpitaux d'Eaubonne et de Montmorency. Nommé "Groupement Intercommunal Eaubonne - Montmorency" lors de la fusion, il est rebaptisé "Hôpital Simone Veil, Groupement Hospitalier Eaubonne-Montmorency" en 2002. Et ce, en hommage à la ministre de la Santé ayant permis aux femmes d'acquérir le droit à l'avortement en 1975. Depuis, les aiguilles à tricoter ont retrouvé leur utilité d'origine... La loi de Simone veille à ça ! [par Mr_Prince & Arlem]
  • Place
    Hôpital Simone Veil de Montmorency
    La Grande Plaine
    0
    L'hôpital Simone Veil regroupe depuis 1998 les hôpitaux d'Eaubonne et de Montmorency. Nommé "Groupement Intercommunal Eaubonne - Montmorency" lors de la fusion, il est rebaptisé "Hôpital Simone Veil, Groupement Hospitalier Eaubonne-Montmorency" en 2002. Et ce, en hommage à la ministre de la Santé ayant permis aux femmes d'acquérir le droit à l'avortement en 1975. Depuis, les aiguilles à tricoter ont retrouvé leur utilité d'origine... La loi de Simone veille à ça ! [par Mr_Prince & Arlem]
  • Place
    Clinique de l'Essonne
    Les Grandes Roses
    0
    Ouverte en 1968 et située à 28 km de Paris, elle est dotée de 100 lits de chirurgie, 22 en obstétrique et 20 en ambulatoire soit un total de… 142 lits, le compte est bon ! Chaque année, près de 12 000 patients y sont hospitalisés et on y dénombre pas loin de 1 000 accouchements. De passage dans le 91, n’hésitez pas à venir faire un tour dans cette clinique équipée des derniers équipements (scanner, IRM, radio, échographie…). Vous repartirez avec de magnifiques clichés de votre séjour ! [par Mellow82]
  • Place
    Hôpital Cognacq-Jay
    Vaugirard
    0
    Après la Samaritaine en 1870, Ernest Cognacq fonde en 1916 avec sa femme Louise, née Jay, l’hôpital Cognacq-Jay. D’abord une maternité, il devient en 1978 hôpital de soins palliatifs. En 2002, l’hôpital sera détruit, avant d'être reconstruit par l’architecte japonais Toyo Ito. Il réouvre en 2006 avec quatre spécialités médicales : lymphologie, infectiologie, orthopédie et fin de vie… Rien à voir avec le cognac, donc, même si parfois ça fait mieux passer la pilule. [par sarahoui]
  • Place
    Hôpital Suisse de Paris
    Issy-les-Moules
    0
    Projet initié en 1947, l'hôpital a vu le jour en 1970. Il est né d'une idée lancée par quelques personnalités suisses vivant en France : offrir à la communauté suisse d’Ile-de-France une structure d’hospitalisation et de soins de grande qualité. Seul hôpital suisse hors des frontières helvétiques, il est aujourd'hui ouvert à toutes les nationalités. [par Aosagi]
  • Place
    Hôpital Jean Jaurès
    Amérique
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3
  • Place
    Hôpital du Vésinet
    La Grande Défense
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d?or : - 512 caractères maximum, - Commencer par la toponymie du lieu, - Poursuivre dans l'ordre chronologique, - Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c?est notre grande passion <3
  • Place
    Hôpital de Poissy
    La Grande Défense
    0
    L'hôpital de Poissy est mis en service en 1856 sur le site de la « maison-Dieu » créée par Saint-Louis au XIIIe siècle près de la collégiale où on l'a baptisé. Il vieillit lentement et se transforme en hôpital-hospice. Un nouvel hôpital, inauguré en 1967, est bâti sur le plateau de Beauregard pour répondre à l'essor démographique et industriel de Poissy et de sa région dans les années 60. C'est le début de la lente agonie de l'hospice Saint-Louis qui ferme ses portes, et ses yeux, en 1992. Un si Beauregard.
  • Place
    Hôpital Nord 92
    Villeneuve-la-Garenne
    0
    Tu sais lire wikipédia et écrire des trucs drôles ? BattleParis a besoin de toi ! Envoie-nous un mail à contact@battleparis.com et gagne la médaille « Gratte-Papier ». Les règles d'or : 1. 512 caractères maximum, 2. Commencer par la toponymie du lieu, 3. Poursuivre dans l'ordre chronologique, 4. Terminer par une jeu de mot pourri. Parce que les jeux de mots pourris, c'est notre grande passion <3