• Place
    Palais du Luxembourg (Le Sénat)
    Luxembourg
    0
    Un hôtel est construit au 16e siècle pour le duc de Luxembourg. Marie de Médicis, reine régente, rase l'hôtel pour construire son palais en 1625, inspiré du toscan Palais Pitti, clin d'œil à sa région natale. Déclaré propriété nationale lors de la Terreur, il abrita une prison. Il devint le siège du Sénat en 1799 suite à l'arrivée de Napoléon, et agrandit côté jardin en 1807. Présidé pendant 24 ans par Alain Poher, celui-ci a même été nommé deux fois président de la République par interim. I got the Poher !
  • Place
    Assemblée Nationale (Palais Bourbon)
    Faubourg Saint-Germain
    0
    Le palais de Bourbon et l'hôtel de Lassay qui le jouxte, actuelle résidence du président de l’assemblée, sont construits simultanément en 1728 par Louise François de Bourbon, fille légitimée de Louis XIV. Les deux bâtiments sont rattachés par la galerie des fêtes en 1848. Confisqué en 1791 il abrite l’école polytechnique, puis le Conseil des 500, ancêtre de l’Assemblée Nationale, dès 1795. La façade en colonnade est érigée en 1810 pour faire face à l’église de la Madeleine, et l’hémicycle actuel en 1827.
  • Place
    Palais d'Iéna (Conseil économique, social et environnemental)
    Chaillot
    0
    Ce palais est construit à l'occasion de l'Exposition universelle de 1937 comme « pavillon des travaux publics ». Il est conçu par l'architecte Auguste Perret, grand spécialiste du béton armé, auteur également du Théâtre des Champs-Élysées en 1913, de l'Église Notre-Dame du Raincy en 1923 ou encore de la reconstruction du Havre lancée en 1945. Le musée des Travaux Publics ouvert suite à l'expo ferme en 1955, laissant place au Conseil Économique, Social & Environnemental en 1959.
  • Place
    Conseil Constitutionnel (Palais-Royal)
    Palais-Royal
    0
    Le Conseil Constitutionnel est créé en même temps que la Ve République, le 4 octobre 1958, et s'installe dans le pavillon Montpensier du Palais-Royal, édifié en 1780. Organe unique dans l'histoire française, sont but est de contrer les éventuelles dérives du régime parlementaire. Sans être hiérarchiquement au dessus des juridictions, ses décisions s'imposent à toutes, dans la limite du champ de la constitution. Un sphinx sculpté fait passer les "sages" de la salle de délibérations à la Comédie Française.
  • Place
    Présidence du Sénat (Petit Luxembourg)
    Luxembourg
    0
    Cet hôtel particulier fut construit au milieu du 16e siècle, et acquis en 1570 par le duc François de Luxembourg. Contigu au palais du Luxembourg, construit plus tard par Marie de Médicis, le Petit Luxembourg est la résidence du président du Sénat français depuis 1825. C'est la résidence officielle du président du Sénat, avec son bureau et ceux de ses collaborateurs, des salons et une salle à manger privée. On y trouve aussi une chapelle consacrée, dite de Marie de Médicis.
  • Place
    Présidence de l'Assemblée Nationale (Hôtel de Lassay)
    Faubourg Saint-Germain
    0
    Léon de Lassay fait bâtir en 1722 un hôtel particulier par Jean Aubert, également architecte du Palais Bourbon mitoyen et de l'hôtel Biron (Musée Rodin). L'hôtel est confisqué en 1792 comme bien national et abrite la nouvelle École Polytechnique de 1794 à 1804. Restitué à la maison de Condé en 1815, il est revendu à l'État en 1843 pour servir de résidence au président de la Chambre basse (l'Assemblée), où il est à cette occasion surélevé d'un étage et relié au palais Bourbon par une somptueuse galerie.
  • Place
    Cité Assemblée Nationale
    Faubourg Saint-Germain
    0
    La « cité Assemblée nationale » regroupe des immeubles réservés aux bureaux des députés et de leurs collaborateurs. Le bâtiment Jacques Chaban-Delmas, construit en 1974 à l'emplacement de l'hôtel de Maulevrier, est relié au palais Bourbon par un passage souterrain. Avec les bâtiments du 233 boulevard Saint-Germain et l'ancien siège du RPR de la rue Aristide-Bruand, racheté en 2002, l'ensemble couvre aujourd'hui une surface au sol de 124 000 m2 pour près de 9 500 locaux.
  • Place
    Haute Autorité pour la transparence de la vie publique
    Richelieu
    0
    Cette entité administrative indépendante est créée en octobre 2013, à la suite de l'affaire Cahuzac, et s'installe dans les anciens locaux du « Journal », quotidien nationaliste de la Belle Époque. Chargée de recevoir, contrôler et publier les déclarations de patrimoine et d'intérêt des élus, elle prouve son efficacité dès l'année suivante avec l'affaire Thévenoud, du nom du très éphémère (9 jours) secrétaire d'État atteint de « phobie administrative ». À qui le tour ?
  • Place
    Le Journal Officiel
    Grenelle
    0
    Avant l'apparition de l'impression, les lois étaient communiquées au public par le tambour de ville. En 1631, Théophraste Renaudot crée avec l'aide de Richelieu « La Gazette », premier journal français, publiant des récits de guerre et des commentaires politiques. Devenue organe officiel en 1762, elle est remplacée par le Journal officiel en 1868. Y sont consignés tous les évènements législatifs (lois), réglementaires (arrêtés, décrets), déclarations officielles et publications légales de France.
  • Place
    Haute Autorité de santé (HAS)
    Plaine Saint-Denis
    0
    La haute autorité de santé est créée au 1er janvier 2005 suite à la loi relative à l'assurance maladie. À vocation scientifique, la HAS remplit trois grandes fonctions : évaluation d'un point de vue médical et économique les produits, actes, prestations et technologies de santé, en vue de leur admission au remboursement ; recommandation de bonne pratique clinique/de santé publique ainsi que livret d'informations pour les patients ; et certification/accréditation des établissements de santé.
  • Place
    Autorité de sûreté nucléaire (ASN)
    Montrouge
    0
    Le Service central de sûreté des installations nucléaires (SCSIN) est créé en 1973. Il devient en 1991 la direction de la sûreté des installations nucléaires, rattachée aux ministères de l'Industrie et de l'Environnement, et se voit adjoindre la radioprotection en 2002 sous l'autorité supplémentaire du ministère de la Santé. Elle devient une autorité indépendante en 2006, avec pour missions la réglementation, le contrôle et l'information du public, à travers son site web et sa revue « Contrôle ».
  • Place
    Salle du Congrès (Aile du Midi)
    La Grande Défense
    0
    L'histoire du Parlement à Versailles débute à la Révolution française de 1789. Puis en 1871, les pouvoirs exécutif et législatif provisoires s'installent au château de Versailles. Après le retour des institutions à Paris, la salle du Congrès, dans l'aile du Midi, demeure le lieu de l'élection du président de la République jusqu'en 1958. Elle reste aujourd'hui le lieu de délibération du Parlement réuni en congrès, c'est-à-dire avec l'ensemble des membres de l'Assemblée nationale et du Sénat.